Catégorie : Conseil

Le SXO, la nouvelle technique de référencement ?

Le SXO, la nouvelle technique de référencement ?

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Le SXO, la nouvelle technique de référencement ?

[/vc_column_text][vc_separator color="turquoise"][vc_column_text]

Aujourd’hui, les contenus sur internet sont prépondérants. Si vous souhaitez apparaître en 1eres positions, il faut un travail de longue haleine et y ajouter des techniques prouvées, parfois payantes pour apparaître en pole position. Mais une fois que votre site ou votre blog apparaît en tête des recherches, il faut que l’internaute est « envie » de cliquer sur votre lien. Et ça, c’est une autre histoire ! En effet, il se peut que le résultat qui apparaisse, ne corresponde pas à sa demande précise. Donc être premier c’est bien, mais aujourd’hui ce n’est plus suffisant. Tout faire pour que les internautes cliquent sur le lien devient le nouvel objectif. On appelle cette technique, le SXO.

Si vous suivez un peu les dernières tendances en matières de marketing, vous en avez sûrement entendu parler. Ce nouveau terme marketing a pour objectif de lier le référencement pour les robots des moteurs de recherche mais également pour les utilisateurs.

C’est un mélange entre les optimisations que nous pouvons mettre en place à destination des moteurs de recherche et aux stratégies visant à améliorer l’expérience des internautes.

[/vc_column_text][vc_column_text]

Le but ? Attirer l’internaute sur votre site web et lui donner envie de réaliser une action grâce à une expérience de navigation adaptée.

Cette technique est donc posée principalement sur les grands fondamentaux du SEO (référencement naturel), qui répondent aux attentes des commerçants et des référenceurs , mais elle doit également prendre en compte les attentes des internautes dit l’UX (développement web, design, marketing ...).

[/vc_column_text][vc_separator color="turquoise"][vc_column_text]

Quelques conseils pour favoriser les clics sur votre site :

[/vc_column_text][vc_column_text]
  • Positionnez vos produits sur Google Shopping

  • Google Image aide également à faire venir les visiteurs sur votre site

  • Optimisez votre référencement local grâce notamment à la Google My Business

  • Mentionnez le prix dans le titre de vos produits

  • Mettez en avant la gratuité des frais de port ou du devis de vos services

  • Parlez de vos délais de conception rapides

  • Créez des personas

  • Pensez aussi à ajouter un lien vers des produits/services associés à vos produits pour faire des ventes additionnelles, ou bien proposer des produits similaires (couleurs, gamme de prix, taille…)

  • Raccourcissez le temps d’ouverture des pages de votre site

  • Affichez clairement les informations sur vos pages pour ne pas perdre les internautes

[/vc_column_text][vc_separator color="turquoise"][vc_column_text]

Mais soyez vigilants. Toutes ces techniques ne doivent en aucun cas venir remplacer les optimisations SEO. (Découvrez ou redécouvrez cet article https://www.inwin.fr/blog/les-indispensables-pour-booster-votre-strategie-seo/ ) Elles doivent se présenter comme complémentaires à la stratégie de visibilité, qui se peuvent parfois (souvent) être chronophages et longues, mais qui permettent d’attirer toujours plus d’internautes en leur apportant des réponses pertinentes !

Si vous souhaitez en savoir plus sur les optimisations à mettre en place, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre agence INWIN la plus proche de chez vous.

A très vite !

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Read more
Les conseils pour développer sa communauté sur Instagram

Les conseils pour développer sa communauté sur Instagram

[vc_row][vc_column][vc_empty_space][vc_column_text]Avec plus d’1 milliard d’utilisateurs actifs mensuel, Instagram est devenu le réseau social le plus utilisé en matière de web marketing. Qu’il s’agisse de grandes marques, ou de créateurs souhaitant faire connaître leurs activités et leurs produits, leur but reste le même : Agrandir leur communauté ! Attention cependant à ne pas privilégier la quantité à la qualité. Rien ne sert d’avoir une grande communauté si celle-ci n’est pas la cible recherchée. Voici quelques petits conseils pour vous aider à obtenir une communauté de qualité afin d’accroître votre business et votre chiffre d’affaires.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Cibler votre communauté 

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]Afin de vous assurer que votre communauté soit une communauté de qualité, il vous faudra tout d’abord définir votre cible. Pour cela, vous pouvez caractériser vos personas : qui sont-elles ? Quel est leur métier ? Ont-elles des passions ? A quel autre compte Instagram sont-elles abonnées ? Si votre communauté répond aux critères que vous vous étiez fixé, il s’agit d’un très bon point ! Rappelez-vous le principal n’est pas le nombre d’abonnés total mais le nombre d’abonnés qui seront réellement intéressés par ce que vous proposez sur votre page, qui commenteront vos publications et les partageront…[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Proposer du contenu qualitatif 

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]Afin d’attirer un maximum de personnes, votre contenu doit être de qualité et surtout il faut qu’il réponde aux besoins de votre communauté. Pour savoir quels sont les besoins de votre communauté, il faut comme dit précédemment, tout d’abord caractériser vos personas, vous pouvez aussi les sonder pour savoir ce qu’elles attendent de votre compte : voir vos produits et créations ? avoir des tutoriels ? que vous leur proposiez des jeux-concours … Pour que votre contenu soit toujours plus qualitatif, il vous faut interagir avec votre communauté afin de pouvoir les cibler au maximum. [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Échanger avec votre communauté 

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]L’échange est le maître mot des réseaux sociaux. Pour fédérer votre communauté, la faire perdurer, il vous faut échanger avec elle. Que ça soit en répondant à leurs commentaires sous vos postes, en répondant à leurs messages privés ou même en allant visiter leur profil… Le but ? Que vos abonnés vous sentent présent. Vous pouvez aussi suivre des comptes similaires au vôtre afin d’obtenir de nouveaux abonnés. Plus vous serez dans l’échange, plus vos posts et story apparaîtront dans les premiers résultats du profil de vos abonnés.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Utilisez des hashtags pertinents

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]Les hashtags sont essentiels sur Instagram. Pensez donc bien à les utiliser à chacune de vos publications. Néanmoins ils doivent bien évidemment être pertinents par rapport à votre activité toujours dans le but d’acquérir une communauté qualifiée et non une « grande » communauté. N’utilisez pas plus de 5 à 10 hashtags maximum ni de hashtags trop précis et trop spécifiques que personne n’utilisera.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Organisez des jeux concours

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]Pour remercier votre communauté, il est toujours intéressant d’organiser des jeux-concours, seul ou avec des partenaires. Seul, vous pouvez proposer à votre communauté de remporter l’un de vos produits ou alors une réduction sur une commande. Organisés en partenariat, les jeux-concours pourront vous permettre d’acquérir de nouveaux abonnés. Une fois encore, il est important de choisir un partenaire dont l’activité se rapprochera de la vôtre ou de mettre en avant votre complémentarité par exemple. Vos communautés respectives pourront alors remporter produits, réductions ou autre(s) qui leur permettront de découvrir de nouveaux horizons…Comme vous avez pu le voir, il existe de nombreuses façons d’agrandir et/ou de fédérer sa communauté. Gardez tout de même à l’esprit qu’il est plus pertinent d’avoir une petite communauté de qualité, qu’une grande communauté non qualifiée.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Vous souhaitez développer votre relation client via les réseaux sociaux ? Contactez l’expert Inwin le plus proche de chez vous pour vous accompagner dans votre stratégie sur les réseaux sociaux et ainsi développer votre visibilité et votre chiffre d’affaires !

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Read more
YouTube et les vidéos pour les entreprises

YouTube et les vidéos pour les entreprises

Nous sommes certains que vous avez déjà tous passés du temps à regarder des vidéos sur YouTube ? Que ce soit des web-séries, des vidéos humoristiques ou des clips de chanson, la plateforme propose un contenu plus que varié. C’est aussi une formidable opportunité pour certaines entreprises de développer leur business. Aujourd’hui, Inwin vous en dit un peu plus ce nouveau média à la mode.

YouTube, la plateforme vidéo incontournable


YouTube est un site web d’hébergement de vidéos et un réseau social sur lequel les utilisateurs peuvent envoyer, regarder, commenter, évaluer et également partager des vidéos. En quelques chiffres, YouTube c’est environ 2 milliards d’utilisateurs chaque mois, 500 heures de vidéos mises en ligne chaque minute et près d’1 milliard d’heures de vidéos visionnées par jour. Vous l’aurez compris, c’est donc devenu au fil des années la plateforme incontournable en matière de vidéos et un véritable tremplin pour votre entreprise.

Pourquoi avoir une chaîne YouTube pour votre entreprise ?


Aujourd’hui YouTube n’est plus seulement un site d’hébergement vidéo mais une réelle industrie ayant du potentiel dans le domaine professionnel. Avant de créer votre chaîne YouTube et de vous lancer dans la création de vidéos, il est important de bien comprendre les enjeux de cette création.

Développer sa stratégie de contenu et élargir votre audience

Avoir une chaîne YouTube est l’occasion pour vous de démontrer votre savoir-faire par la biais de revues, de présentations ou des tutoriels dans lesquels vous décrivez les caractéristiques de ceux-ci. La plateforme est la celle faite pour les entreprises ayant envie de créer du contenu et de le diversifier. C’est une opportunité pour proposer d’autres choses que du contenu textuel, très utile, certes, mais parfois moins attrayant pour les internautes. De plus, partager une vidéo est une façon plus ludique d’instruire vos internautes et de les inciter à collaborer avec votre entreprise. La vidéo est un, voire même le, média le plus apprécié des internautes. De plus, créer votre chaîne va vous permettre d’élargir votre audience et donc de toucher une audience plus large.

Améliorer votre référencement

YouTube est un moteur de recherche à part entière et vous permet donc d’augmenter votre présence et de créer du trafic supplémentaire sur vos réseaux et sur votre site web. Voici les quelques points sur lesquels il vous est possible de travailler pour améliorer votre référencement et par la même occasion, la visibilité de vos vidéos sur la plateforme :

  • Portez attention à vos mots-clés et aux informations renseignées : Privilégiez des titres variés, courts et ludiques pour les internautes mais également précis pour que YouTube comprenne avec précision le sujet de votre vidéo.
  • Proposez des vidéos pour lesquelles vos cibles potentielles portent de l’intérêt. Vous aurez nécessairement plus de recherches potentiels donc plus de chances d’être vu.
  • Travaillez sur le visuel de votre vignette : Une vignette visuellement attractive n’influence pas directement votre référencement mais peut augmenter le taux de clic sur votre vidéo et vous permet de gagner en visibilité.

Étapes pour créer une chaîne


La première étape avant de pouvoir partager ses vidéos à sa communauté est de créer une chaîne YouTube. Créer une chaîne peut paraître en réalité assez simple mais il y a certains paramètres à prendre en compte pour qu’elle soit la plus optimisée possible. Inwin a détaillé pour vous les différentes étapes pour créer votre chaîne sur la plateforme :
  • Créer la chaîne :

    • Connectez-vous à YouTube et cliquez sur l’icône de l’utilisateur en haut à droite de l’écran.

    • Cliquez sur l’icône en forme d’écrou pour accéder aux paramètres YouTube de votre compte.

    • Cliquez sur Créer une nouvelle chaîne. Sélectionnez Utiliser un nom commercial ou un autre nom.

    • Ajoutez votre nom et cliquez sur Créer.

  • Ajouter une description, une photo de profil et une photo de couverture

Pour la description, le but est de donner le plus d’informations possibles à vos visiteurs. Il faut décrire l’activité de votre entreprise, son type et la portée de votre chaîne. La photo de profil et la photo de couverture sont des éléments fondamentaux puisque c’est la première chose que voient vos internautes en arrivant sur votre profil ; Il faut donc qu’elles correspondent en tout point à l’image et à l’identité de votre entreprise.

Si vous ne maîtrisez pas Photoshop, de nombreux modèles personnalisables sont disponibles sur Canva, une plateforme de création graphique gratuite.

  • Créez un teaser et une bande-annonce

Cette partie une étape facultative mais qui peut être une valeur ajoutée forte par rapport à vos concurrents lors de votre arrivée sur YouTube. Vous avez la possibilité de créer une sorte de bande-annonce pour faire découvrir l’activité de votre entreprise en vidéo. Cela peut être un entraînement avant de vous lancer dans la création de votre première vidéo et de la poster sur votre chaîne …

Trouver des sujets intéressants pour vos internautes


Google Trend

Google Trend est un outil de Google permettant de connaître la popularité et la tendance à laquelle un terme est tapé dans le moteur de recherche de Google. Il est possible de visualiser ces données par période, par région ou par langues. Vous pouvez donc utiliser cet outil pour dénicher les tendances actuelles susceptibles de plaire à votre audience.

Suggestions YouTube

Les suggestions YouTube vous permettent de détecter les nouvelles opportunités et les sujets les plus recherchés sur la plateforme actuellement. L’avantage est que vous pouvez trouver des idées de vidéos dans de nombreux domaines même des domaines de niche.

YouTube est un élément qui fait désormais partie intégrante des stratégies marketing de grandes entreprises. C’est un réel tremplin pour la diffusion de vidéos, mais ce n’est pas réservé aux plus grandes marques. Vous souhaitez vous lancer sur YouTube ? N’hésitez plus, vous avez toutes les cartes en main, il ne vous reste plus qu’à mettre au point votre stratégie !

Read more

Les assistants vocaux : un nouvel usage de votre voix

Le marché des assistants vocaux et de la recherche vocale continue de croître partout dans le monde. Environ 25 % des acheteurs ont déjà utilisé la recherche vocale ces dernières semaines et près de 65 % de ses utilisateurs ne se voient pas revenir à la recherche textuelle. C’est un élément à ne pas négliger pour les entreprises puisque la recherche vocale ne cesse de gagner en popularité.

Un assistant vocal, pourquoi l'utiliser ?


Qu’est-ce qu’un assistant vocal ?

Depuis quelques mois, les assistants vocaux sont au cœur de l’actualité. La promesse est simple : proposer une nouvelle interface aux utilisateurs permettant des échanges rapides et fluides. Les assistants sont toujours en éveil et ont une écoute passive de leur environnement. Ils ont pour ordre de s’activer dès qu’ils repèrent le mot-clé indiquant que son propriétaire souhaite effectuer une requête. Il peut donc s’agir de « Alexa » pour l’assistant d’Amazon, « OK Google » pour l’assistant Google ou encore « Dis Siri » pour l’assistant d’Apple. Le robot analyse alors la demande de l’utilisateur et retranscrit les mots et sous-entendus à l’oral. Une fois la question comprise, les assistants vocaux s’appuient sur les moteurs de recherche pour trouver la réponse. Parfois, ils s’appuient aussi sur les précédentes recherches ou notre géolocalisation afin de répondre à la demande de la façon la plus pertinente possible.

Les avantages de son utilisation

L’adoption de ces objets s’explique par le fait que leur utilisation a pour but d’être simple, rapide et facile. De plus, nous ne sommes pas obligés de stopper notre activité pour effectuer une action, il suffit de poser la question à notre appareil et attendre sa réponse.

Les assistants vocaux permettent à la recherche d’être beaucoup plus intuitives, performantes et rapides.

Vous pouvez télécharger l’infographie complète de Conversationnel ici

Le marché des assistants vocaux en France


On peut remarquer que beaucoup d’utilisateurs et de consommateurs français ont bien sur entendu parler des assistants vocaux. Beaucoup d’utilisateurs en ont entendu parlé mais très peu ont décidé d’en faire usage (seulement 10%). En France, actuellement, les assistants vocaux utilisables depuis un smartphone, un ordinateur ou une tablette rencontrent plus de succès. Les utilisateurs ont plus facilement adopté cette technologie du fait qu’elle était déjà présente sur leurs appareils.

Le développement des nouvelles interfaces adaptées à la recherche vocale comme les interrupteurs connectés, les thermostats ou encore les alarmes offrent un avenir prometteur pour les enceintes connectés et dans le même temps pour la recherche vocale.

Comment s'adapter à ce changement de comportement ?


L’adaptation à cette nouvelle méthode de recherche est donc primordiale dans les années à venir. Le fait que les requêtes soient faites en langage naturel implique de nombreux changements dans la stratégie de référencement d’une entreprise.

Quels changements ?

En effet, on ne recherche pas de la même manière sur un clavier et par la voix. Les requêtes sont différentes et on peut observer divers changements :

  • La recherche vocale correspond souvent à des recherches bien plus spécifiques commençant par exemple par : que, quand, qui, quoi, où, d’où, et pourquoi.
  • La recherche par la voix permet de rechercher la réponse à de vraies phrases. La recherche des utilisateurs est donc plus précises et les résultats sont susceptibles de varier en fonction de la question posée.
  • Le nombre moyen de mot par requête à tendance à augmenter. En effet, la recherche vocale permet de comprendre et de recherche des phrases entières. Les requêtes sont désormais plus longues.

Optimiser son référencement

Étant différente des requêtes « classiques » écrites à la main, elle impose donc la mise en place de certaines pratiques dans le référencement naturel :

  • La recherche vocale est très souvent comparée à la recherche conversationnelle. Le fait d’utiliser sa voix implique d’utiliser du contenu plus familier et plus simple. Il faut donc se servir de mots-clés utilisés dans le langage de tous les jours. C’est donc un critère à prendre en compte lors de la mise en place de ces mots clés.
  • Les recherches par la voix s’effectuent sur mobile ou tablette, avoir un site optimisé sur ces supports est un élément important pour ne pas freiner l’acheteur dans sa recherche. Par exemple, le contenu doit être agréable à lire et rapide à charger.
  • Améliorer le référencement local : De nombreuses études révèlent que les utilisateurs se servent souvent de la recherche vocale pour chercher une adresse. Il faut donc ne pas oublier de mettre des mots-clés géolocalisés pour répondre à cette demande.
  • Obtenir la position 0 (featured snippet) : Un Featured Snippet désigne un encadré affiché au début des résultats de recherche de Google proposant une réponse unique à la question d’un internaute. C’est la première chose que lit l’algorithme de Google lors d’une recherche vocale, ils augmentent donc vos chances d’apparaître dans les résultats.
 

Les limites des assistants vocaux


41 % des utilisateurs d’assistants vocaux sont inquiets à propos de leurs vies privées et craignent que leurs conversations soient écoutées ou que leurs données personnelles soient partagées. En effet, les différents scandales ayant éclatés au mois d’Avril ont relancé les nombreux débats sur la sécurité des données. Une enquête avait révélé qu’Amazon fait écouter certaines conversations dans le but d’améliorer son assistant vocal, Alexa.

De nombreux spécialistes prédisent que d’ici 2020, 50 % des recherches seront des recherches vocales. Elles transforment peu à peu nos habitudes sur Internet et cela a nécessairement un impact sur la manière de communiquer des marques et des entreprises. L’adaptation a cette nouvelle méthode de recherche est donc primordiale dans les années à venir.

Read more

Le e-commerce en France

Le e-commerce en 2018 c'est quoi ? C'est un total de 90 milliards d'euros dépensés juste par les Français selon la FEVAD. C'est un milieu en constante croissance et évolution notamment avec la percée des ventes sur mobile et des marketplaces. La preuve, on prévoit le dépassement des 100 milliards d'euros pour 2019 et ce n'est que le début. Le e-commerce ne va cesser de se développer en France. C'est 37,5 millions de français qui achètent en ligne soit 85,5 % des internautes et ce nombre est en augmentation. En effet, depuis 2010, le nombre de cyber-acheteurs a augmenté de 10 millions.

Nous vous proposons donc en premier lieu un récapitulatif des chiffres les plus importants concernant le e-commerce en France pour 2018 puis l'avènement d'une nouvelle ère pour le e-commerce.

Les Données 2018 du e-commerce

Ventes en hausse

Comme dit précédemment, c'est au total 92,6 milliards d'euros dépensés sur internet l'année dernière. Cela représente une augmentation des ventes de 13,4 % bien qu'avec le contexte social, il y a eu un ralentissement pour le mois de décembre malgré l'énorme coup de pouce du Black Friday. En effet, le mois de décembre a eu une hausse de 8 % contre 16 % pour le mois d'octobre et 14 % pour le mois de novembre. Ce ralentissement a eu un impact sur le chiffre d'affaire annuel du e-commerce qui est estimé à 0,7 point de croissance soit l'équivalent d'environ 600 millions d'euros. On peut donc facilement se dire qu'en 2019, le cap des 100 milliard d'euros sera dépassé.

1,5 milliard de transactions

1,5 milliard, c'est le nombre total de transactions réalisées en 2018. La seule baisse que rencontre le e-commerce, c'est le montant des paniers moyens mais celui-ci baisse en faveur d'une hausse des fréquences d'achat. Le panier moyen a diminué de 5€ au cours de l'année pour avoisiner les 60€ et on s'attend à ce qu'il s'approche des 50€ dans les années futures. Cela s'explique par les habitudes de consommation des utilisateurs qui ont évoluées, elles concernent de plus en plus des produits du quotidien. Cette baisse amorcée depuis 2012 est compensée par l'augmentation de la fréquence d'achat qui a enregistré une augmentation de 20,7 % rapport à 2017. L'achat en ligne devient donc quelque chose de commun, ce qui se traduit par une certaine démocratisation. En effet, maintenant, avec le développement d'internet (90 % de la population française a accès au moins au débit minimal soit 3 Mbits par seconde), il devient de plus en plus facile et commun d'acheter sur internet. Le commerce en ligne se développe afin qu'un maximum de personnes puissent en bénéficier. Par exemple, la vente en ligne du commerce alimentaire qui représente 5,6 % du e-commerce s'est développée avec son système de drive et de livraison à domicile.

85,5 % des internautes français achètent en ligne avec une moyenne de 39 achats par an pour un budget annuel de 2200€. On estime que la moitié de la population mondiale qui utilise internet devrait acheter en ligne en 2019.

Les sites d'e-commerce

En 2018, on a pu voir une augmentation dans la création de sites marchands de 12,6 % ce qui équivaut à environ 21 800 sites supplémentaires. Pour rappel, il y a près de 200 000 sites marchands actifs.

Globalement les sites de vente de produits BtoC du Panel iCE 100 (indice qui permet de mesurer la croissance des sites leaders, à périmètre constant) ont vu leurs ventes progresser de 7 % en 2018. Cela reste néanmoins inférieur à celles vécues en 2017 (-1,6 point) mais qui s'inscrit dans un recul de la consommation des ménages plus marqué (-1,36 % en 2018 et -0,8 % en 2017) conclut la FEVAD. On remarque toutefois que l'impact à la baisse engendré par le contexte social semble avoir été plus modéré sur les sites leaders d'e-commerce.

Les sites de ventes en lignes de voyage-tourisme ont réussi à conserver leur croissance au 4e trimestre même s'ils ont fait face à un léger ralentissement comme tous les autres sites d'e-commerce au mois de décembre. Depuis 2 ans, ils affichent une progression soutenue (+9 % en 2018) dans un contexte de bonne tenue des ventes pour l'ensemble des agences de voyage « on » et « offline » (réservation +7 % en 2018 après 8,5 % en 2017) rappelle la FEVAD.

Les ventes en BtoB maintiennent une forte croissance avec une progression de 17,8 % en 2018.

Le milieu des sites d'e-commerce reste en augmentation en cette année 2018 ce qui implique une concurrence de plus en plus accrue.

Une nouvelle ère pour le e-commerce

Image d'un téléphone sur un site d'e-commerce

Le m-commerce en progression

L’indice iCM, qui mesure les ventes du m-commerce (smartphones et tablettes, sites mobiles et applications hors téléchargements d’application et hors ventes sur les places de marchés) progresse de 22% en un an après une très forte évolution en 2017 (+38%). Les ventes sur mobile franchissent ainsi un nouveau cap avec 35% du volume d’affaires des sites du Panel iCM réalisé sur les terminaux mobiles soit +5 points en un an.

Concrètement, le m-commerce prend de plus en plus d'ampleur. Cela correspond à 22 milliards d'euros soit près d'un quart des 92,6 milliards d'euros du chiffre d'affaires total de l'e-commerce. L'édition du baromètre CSA pour la FEVAD montre que la croissance enregistrée lors de la précédente édition ne s'arrête pas. 39 % des cyber-acheteurs achètent en ligne depuis leur smartphone, un score en hausse de 7 points depuis 2018 et 15 points depuis 2017. On peut supposer que cette tendance continuera sa lancée avec la nouvelle génération. En effet, la progression d'achat sur mobile est particulièrement forte chez les jeunes (56 % des moins de 35 ans achètent en ligne depuis leur smartphone). De plus, l'augmentation du m-commerce est dû à la facilité d'accès aux smartphones qui depuis quelques années, ont vu leur prix diminuer. Le m-commerce est destiné à prendre une place importante dans les ventes en ligne. La forte croissance des achats sur mobile amène de nouveaux défis particulièrement sur la sécurité des données personnelles des acheteurs et la sécurité des paiements en ligne.

A partir de quels équipements achetez-vous sur internet ?

[caption id="attachment_8536" align="aligncenter" width="850"] Source : Source : étude sur les perspectives de l'e-commerce du CSA pour la Fevad, janvier 2019[/caption]

La marketplace

La marketplace c'est une plateforme où se réunissent des particuliers ou des professionnels en tant qu’acheteurs ou vendeurs. La plus connue étant Amazon. La marketplace s'est répandue au cours des dernières années. Facebook a créé sa propre plateforme en 2017, Uber se répand de plus en plus en France, Cdiscount et la Fnac ont à eux deux un total 29 millions de visites par mois. Autant vous dire que ce n'est pas près de s'arrêter surtout quand nous voyons que les sites leaders d'e-commerce sont généralement ces sites-là. Si vous regardez les produits culturels, ce sont les sites d'Amazon, la Fnac et Rakuten qui sont en tête. Pour les produits électroniques et électroménager ce sont toujours Amazon, Cdiscount et la Fnac. Même si cela dépend des produits ou services, ce sont généralement les marketplaces qui sont en tête.

L'indice iPM, destiné à mesurer le volume des ventes réalisées sur les places de marché (ventes réalisées par les marchands hébergés sur les places de marché de l'iCE) a maintenu en 2018 son rythme de progression à hauteur de l'année 2017 avec +16 %. Ces ventes pèsent une part de plus importante sur l'activité des sites : elles représentent 30 % du volume d'affaire total des sites participant à l'iPM (vs 27 % en 2017).

Prévision pour le e-commerce en 2019

Comme l'avait prévu la FEVAD, la barre des 90 milliards d'euros a été franchie et maintenant, ils estiment que la barre symbolique des 100 milliards d'euros est vouée a être en franchie pour 2019 ce qui serait un nouveau record pour la France.

Mais ce n'est pas tout, on estime que le m-commerce continuera d'augmenter pour un jour dépasser l'achat sur PC dû aux différents usages qui facilitent l'achat que ce soit en magasin physique ou online comme la possibilité de faire des recherches avant l'achat, de suivre ses achats, localiser des magasins. Mais cela signifie aussi une amélioration des méthodes de sécurisation des paiements.

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?

Read more

Un outil puissant et gratuit mais méconnu Google Trends !

Vous connaissez très certainement les outils d'analyse Google que sont Google Analytics, la Google Search Console et dans une moindre mesure Google Ads (anciennement Google Adwords). Mais vous ne connaissez peut-être pas l’outil en ligne Google Trends.Nous vous proposons aujourd’hui d’étudier cet outil et les fonctionnalités qui peuvent vous servir pour améliorer et affiner vos analyses de positionnement sur Google. Vous permettant ainsi de constituer des propositions plus argumentées et plus personnalisées pour l’ensemble de vos clients et prospects. En somme, un bon moyen pour vous démarquer de la concurrence.

 

Google Trends


Les solutions en ligne pour connaître les recherches des internautes sont aujourd’hui nombreuses mais bien souvent très coûteuses et incomplètes. L’outil gratuit qu’est Google Trends permet pourtant de très simplement analyser les recherches Google de l’ensemble des Français et des autres pays du monde. Pourquoi se baser uniquement sur les résultats de recherche sur Google ?  Tous appareils confondus Google représente presque 95% des parts de marché en France pour ce qui est des moteurs de recherche et donc des recherches des internautes. Il est donc évident que les analyses de tendances des recherches sur Google sont très importantes pour connaître, par exemple, les termes et mots-clés porteurs sur une thématique ou un secteur d’activité. Quels avantages puis-je tirer de Google Trends ?
  • Booster son référencement naturel en sélectionnant efficacement les meilleurs termes;
  • Analyser les tendances Google des derniers jours mais aussi des dernières heures;
  • Comparer les mots-clés et expressions en terme de volume de recherche. (Mots-clés au singulier ou pluriel, la force des synonymes …);
  • Comparer les recherches selon les pays ou les régions des pays;
  • Un formidable outil de veille;
  • Connaître l’évolution sur plusieurs années de termes ou thématiques;
  • Une source de publication pour les réseaux sociaux;
  • Connaître les recherches sur Google Actualité, Google Shopping, Youtube et Google Image;
  • Et encore bien d’autres avantages que nous détaillerons dans la suite de notre article.
 L’outil Google Trends se décompose en trois grandes parties que nous allons développer :
  • La section “Découvrir”
  • La section “Recherches du moment”
  • La section “L’année en recherches”
 

Google Trends - Découvrir


 La partie la plus intéressante, celle dont on peut retirer de nombreuses informations pertinentes pour vos études et vos analyses. Pour commencer, il suffit simplement de saisir un ou plusieurs termes de recherche et vous aurez accès à une somme d’informations sur cette expression.Attention Google Trends n’affiche pas le nombre de recherche des utilisateurs mais bien les tendances. Ainsi les données que vous verrez sont retraduites par Google pour montrer l’intérêt des recherches des utilisateurs. 

Analyser un ou des termes de recherche :

 google-trends-marketing Prenons un exemple simple avec le terme “marketing”. Dans cet exemple, nous avons étendu les critères des recherches de 2004 à ce jour. Avec cette courbe, nous observons deux points importants :D’un point de vue global la courbe est décroissante de 2004 à aujourd’hui. Cela signifie qu’il y a une baisse dans l’intérêt des recherches contenant le terme Marketing. Si la courbe est décroissante cela ne veut pas forcément dire que le nombre de recherche est en baisse (en absolu) mais que l’intérêt de la recherche autour du terme est en baisse par rapport à l'ensemble des recherches que l'on peut faire en ligne.Ainsi, on peut avoir une courbe décroissante dans le temps mais avec un nombre de recherches en augmentation.Pour illustrer cela plus clairement voici un graphe que nous avons réalisé : google-trend-differenceOn se rend compte sur cet exemple fictif que l'intérêt de la recherche est plus fort en 2014 qu’en 2018 toutefois avec le nombre de requêtes globales en augmentation avec les années, le nombre de recherches peut alors être en augmentation même si l’intérêt de la recherche est en baisse. (20% → 400 00, puis 5% et 500 000)Le deuxième point que l’on peut remarquer, c’est une saisonnalité dans la recherche du terme marketing. Sur cette courbe on remarque que pour les mois de juillet et d'août, un décrochage apparaît avec une diminution de l'intérêt de la recherche chaque année.On peut donc facilement se dire qu’il vaut mieux éviter des mettre en place des actions liées au terme marketing sur ces deux mois de l’année. Car l'intérêt pour cette recherche est moindre que les autres mois. Ainsi vous pouvez chercher de nombreux termes dans des secteurs d’activité et thématiques pour connaître la tendance générale des recherches des utilisateurs ainsi que certaines particularités (saisonnalités, pic de recherche …). Au-delà de pouvoir choisir une plage de date pour votre recherche ainsi que la catégorie et un pays. Google Trends permet d’étudier le trafic de  :
  • Google Image (Recherche d’images)
  • Google Actualités (Recherche d’actualité)
  • Google Shopping
  • Youtube (Recherche Youtube)
 Un autre conseil est d’observer et comparer les tendances dans les autres pays du monde. Il est notamment intéressant de comparer la France et les États-Unis. Bien souvent les innovations et tendances de demain commencent aux USA et encore plus dans le secteur du numérique. 

Comparer plusieurs termes :

 Pour faciliter la compréhension de l’outil nous allons prendre un cas concret celui d’un concessionnaire automobile qui souhaite en savoir plus sur son secteur d’activité sur internet et comment optimiser son site internet pour son référencement naturel.google-trends-voitures-voiture Notre concessionnaire s’est toujours demandé si les utilisateurs de Google avaient plus tendance à utiliser le terme Voiture au singulier ou au pluriel. Grâce à la comparaison sur Google Trends. On s’aperçoit très rapidement que le terme Voiture est bien plus utilisé que Voitures. Les données de ce graphique se basent sur une base 100, l’intérêt le plus fort sur toute la période sera noté à 100 et les autres seront comparés à cette donnée. Pour avoir un avis plus global on peut regarder le diagramme en barre à gauche pour connaître la moyenne des deux termes. Et là aussi le terme Voiture au singulier est plus populaire.  Sur son site internet, notre concessionnaire utilise les termes de Voiture et Automobile. Il se pose la question de quel terme est le plus utilisé sur internet.. En saisissant les deux termes on voit rapidement que les internautes utilisent plus facilement le terme “Voiture” pour leur recherche. Le terme Voiture est alors plus populaire que Automobile. La carte de France permet de connaître les préférences dans la saisie  des internautes selon leur région. Il peut y avoir des particularités linguistiques selon les régions de France. Et donc le positionnement sur les mots-clés peut être différents selon les régions de France. Vous l’avez peut-être remarqué mais pour ce deuxième exemple, nous avons utilisé des guillemets entre les termes. Pour affiner une recherche, on peut utiliser des opérateurs logiques. On va retrouver trois principaux opérateurs :
  • Premièrement comme nous avons pu le voir sur l’exemple “Voiture” / “Automobile”, nous avons utilisé des guillemets sur les deux termes. Cela permet de restreindre uniquement les recherches sur le ou les termes entre guillemets. Car sans cela, dans les indicateurs de tendances, on va retrouver toutes les recherches Google qui contiennent le terme saisie  (la nouvelle voiture, voiture électrique, voiture tesla …)
  • L’opérateur plus “+”. Si vous utilisez le signe + entre deux termes par exemple voiture+automobile cela va rechercher les requêtes qui ont été faites et contenant les termes voiture ou automobile (vente automobile, vente voiture, réparation automobile …)
  • L’opérateur moins “-”. Si vous utilisez le signe - entre deux termes comme par exemple voiture-réparer. Vous aurez dans les statistiques toutes les recherches contenant voiture mais sans le terme réparer.
 Vous pouvez ajouter plusieurs opérateurs à la suite pour affiner votre recherche. Ce qui peut être très utile notamment dans le cas d’un terme avec plusieurs significations qui peuvent différer selon le contexte.À vous maintenant d’utiliser cette partie “Découvrir” pour vos recherches. Il s’agit ici d’une belle opportunité et d’une mine d’informations pour vos études et vos questionnements sur le web. 

Google Trends - Recherches du moment


 Cet onglet de Google Trends va vous permettre d'avoir un aperçu global des recherches qui ont pu être faites sur Google dans les derniers jours. Et donc vous permettre d'avoir les sujets d'actualités que les internautes recherchent le plus sur le moteur de recherche. Pour y accéder il faut cliquer sur le petit logo à gauche de Google Trends pour ouvrir le menu et cliquer sur “Recherches du moment”. On va avoir ici deux volets. Un premier avec les « Tendances de recherches au quotidien » et un second avec les « Tendances de recherches en temps réel » 

Les tendances de recherches au quotidien

 Cette partie va vous permettre de connaître les sujets les plus recherchés sur Google. Vous pouvez voir les 20 recherches les plus importantes de la journée et des jours précédents en scrollant la page.Vous trouverez également une approximation du nombre de recherche et si vous développer un sujet vous pouvez voir les requêtes associées.  Cette partie va alors afficher les requêtes et centres d’intérêt qui ont fortement évolué dans la journée ciblée. Attention, il ne s’agit pas de la ou les requêtes les plus recherchées mais bien celles qui ont connu un brusque changement dans leurs recherches.Les tendances de recherches au quotidien sont alors très pratiques en tant qu’outils de veille sur l’actualité. En effet, on peut considérer Google Trends comme plus fiable que Google Actualités pour connaître les principaux sujets d’actualités d’une journée. Car Google Actualités va en partie vous proposer du contenu en fonction de vos recherches précédentes.Cette partie est également très intéressante pour les réseaux sociaux. En effet, un sujet qui apparaît dans cette partie à beaucoup plus de chance d’avoir une visibilité plus grande ainsi qu’un engagement plus fort. 

Les tendances de recherches en temps réel

 Cette partie est assez similaire à la précédente, elle est cependant plus précise car elle affiche les tendances des dernières 24 heures et donc les recherches en temps réel.Cela permet de mettre en avant une timeline précise heure par heure des différentes recherches dans le temps des 24h. Notamment pour connaître les pics de recherches en fonction des heures dans les recherches sur le moteur Google. Par défaut vous allez être configurés sur la France mais vous pouvez très bien observer les tendances dans les autres pays du monde comme pour la partie découvrir. 

Google Trends - L’année en recherches


 Cette partie est un résumé des recherches de l’année sur Google. Vous pourrez ainsi découvrir les recherches les plus populaires des différentes années sur différentes thématiques dans l’ensemble des pays du monde ou presque.Pour l’année 2018  les actualités les plus recherchées en France ont été :
  1. Coupe du monde
  2. France Gall
  3. Gilet Jaune
Une vidéo est notamment disponible et faite par Google pour résumer l’année en recherche.Pratique pour la réalisation d’infographie ou le partage d’informations qui en intéressera un grand nombre notamment sur les réseaux sociaux.Si vous n’êtes pas à l’aise avec des outils comme Indesign ou Photoshop pour créer une infographie. Vous pouvez utiliser des solutions en ligne simple comme PiktochartLes infographies sont des contenus qui génèrent beaucoup d’engagement (partage, like, commentaire …). Et donc accroître votre popularité sur les réseaux pour obtenir plus de prospects. 

Il existe encore beaucoup de fonctionnalités disponibles sur cet outil qui peuvent vous aider à obtenir d’autres informations pertinentes pour vous. À vous d’aller sur Google Trends et d’en explorer toutes les possibilités.

Read more

Intégrer le Social Selling à votre stratégie

Qu’est-ce que le Social Selling ?

C’est bien connu, l’émergence des réseaux sociaux depuis une dizaine d’années a permis le développement de nouvelles interactions entre les individus. Les entreprises ont, elles aussi, saisi les opportunités que permettaient ces outils pour promouvoir leur marque.Pour passer à l’étape supérieure et exploiter pleinement les possibilités offertes par facebook, twitter, LinkedIn et autres, certaines entreprises pionnières ont mis en place des pratiques qu’on appelle aujourd’hui Social Selling.

Maîtriser la phase de pré achat grâce aux réseaux sociaux

La question qui vient alors est souvent « Qu’est-ce qui différencie le Social Selling d’une utilisation classique des médias sociaux ? ». Pour répondre à cette question, il faut s’imagine le parcours client tel qu’il est aujourd’hui.9 Français sur 10 cherchent des informations sur internet avant d’acheter42% des consommateurs indiquent que les réseaux sociaux influencent leur décision d’achat.

Source

La numérisation des outils et des processus d’achat fait qu'aujourd’hui, beaucoup d’individus cherchent des informations sur internet avant d’acheter un produit en magasin ou avant même de simplement faire appel à un vendeur. C’est presque 90% des ventes de produits culturels, de vêtements et accessoires, de loisirs et produits technologiques qui sont concernées. Ces chiffres sont valables pour le BtoC, mais aussi pour le BtoB. Lorsque les internautes cherchent sur internet des informations liées à une catégorie de produits ou une entreprise, maitriser son image devient plus ardu, le suivi du parcours client évoluant lui en véritable casse-tête. Le Social Selling propose une alternative, en prenant en main cette phase pré achat via l’utilisation des médias sociaux.

Comment fonctionne le Social Selling ?

Pour maitriser cette phase de pré achat et permettre à vos commerciaux de prospecter leurs clients sur les réseaux sociaux, le Social Selling vous propose de mettre en place une stratégie de génération de contenu et de communication permettant de transformer les médias sociaux en outils de vente.Ce faisant, votre entreprise et votre force de vente interviennent avant la première prise de contact du client, directement au cœur de la prise de décision.Pour mettre en place une stratégie efficace de Social Selling, il faut respecter certains critères. Le but n’est pas de simplement publier du contenu ou vos offres sur les réseaux sociaux, mais plutôt de réfléchir à l’intérêt de chaque post, en termes de génération de trafic et de prise de contact.C’est sur ce point que le Social Selling se distingue du Community Management. Si ce dernier vise à créer et entretenir une communauté, tout en améliorant son image de marque et potentiellement générer des ventes, le Social Selling lui assume pleinement son rôle d’outil de vente, de génération de leads et prises de contact.

1 | Affirmer votre présence sur les réseaux sociaux

Créer du contenu à forte valeur ajoutée peut demander du temps et un investissement conséquent. Ne pas se disperser semble alors primordial. L’idée est d’abord de sélectionner les médias sociaux sur lesquels sont présentes vos cibles, lesquels sont consultés ? Sur un marché BtoC, on a tendance à privilégier Facebook, le meilleur moyen de générer et faire vivre une communauté, alors que pour un marché BtoB, LinkedIn semble plus parlant. Twitter est un média actif en continu, idéal pour partager des actus et tenter de devenir viral. En plus de votre cible, votre marché doit influer dans votre prise de décision. Ainsi, Instagram sera pratiquement indispensable pour le marché de la mode ou du tourisme, Snapchat profite d’un public jeune et décalé, pour une marque aux tons bigarrés.Vous pouvez tout à fait être présent sur plusieurs réseaux à la fois, en adaptant à chaque fois votre communication au public qui s’y trouve. Facebook reste un indispensable pour toute entreprise, réunissant aussi bien des professionnels que des particuliers.

2 |Créer du contenu à forte valeur ajoutée

L’idée du social Selling est finalement assez proche de celle de l’Inbound Marketing : créer un contenu de qualité, gratuit, incitant à l’action dans le but de générer des contacts puis des ventes. Pour le Social Selling, vous devez être capable de vous mettre à la place de votre client, et imaginer le contenu qui pourrait l’aider dans sa phase de décision, tout en lui permettant l’accès aux informations produits et entreprise susceptibles de l’intéresser.Une liste non exhaustive de contenu que vous pouvez mettre en place, à adapter en fonction du support, de la cible et du marché. Les possibilités sont pratiquement infinies et peuvent être déclinées de bien des manières.
  • Actualité de l’entreprise
  • Actualité du marché
  • Cas client
  • Livre blanc
  • Présentation de l’entreprise (interview, détail métier)
  • Article
  • Infographie
  • Réalisation graphique
Vous devez en plus de cela vous adapter au niveau de compétence de vos prospects. Si vous proposez une large gamme de produits ou services, vous devrez surement décliner votre contenu pour un public novice, puis expert. Permettre à chacun de se forger son opinion en fonction de son expertise ne sera que favorable à votre image.Pour générer votre contenu, n’hésitez pas à mettre en place une veille stratégique pour ressortir les meilleures idées. Analyser le travail de vos concurrents peut également se révéler une bonne source d’inspiration.

3 | Prospecter et prendre contact

L’intérêt du Social Selling pour votre prospection est double, voire triple.Dans un premier temps, il peut se suffire en lui-même en générant du trafic sur votre site, des achats sur votre plateforme e-commerce ou même en magasin. Il occupe alors la même fonction qu’une publicité classique : promouvoir vos offres et générer des conversions. Pour obtenir ce résultat, la qualité de votre contenu doit être à la hauteur, et vous devez réussir à générer des incitations à l’action permettant à l’utilisateur d’aller plus loin dans sa relation. Ainsi, en générant du contenu en faveur de vos produits, ajouter un numéro de téléphone ou un lien vers la fiche produit peut faire toute la différence.Dans un second temps, il peut servir d’accroche à une relation commerciale. À partir des réseaux sociaux, vous pouvez commencer à générer des prises de contact avec votre communauté. Ces prises de contact peuvent être de votre initiative, par exemple en envoyant un message personnel aux personnes rejoignant votre commuté ou ceux commentant ou aimant régulièrement votre contenu. Elles peuvent aussi être à l’initiative de l’internaute, en lui laissant des moyens simples de vous contacter (liens d’appels automatiques, chatbot avec relais commercial, espace dédié …). Vous devrez faire preuve de dextérité pour ne pas perdre vos prospects et réussir à augmenter leur intérêt pour vos produits. Personnalisez vos prises de contact, ne faites rien de trop générique, et surtout, pas de harcèlement, il n’y a rien de moins agréable que de recevoir un message perso 1 minute après avoir aimé une page.Le troisième intérêt est plus situationnel, mais reste pertinent. En assurant votre présence sur internet, vous avez la possibilité de démontrer votre expertise et celle de vos produits. Les réseaux sociaux deviennent alors la preuve répondant à vos promesses de vente. Mettre en valeur vos clients actuels permettra de conforter vos prospects.

4 | Analyser les résultats

Pour toute action marketing, analyser les résultats et garder l’œil sur vos actions vous permet d’identifier les leviers influents et prendre les mesures d’optimisations nécessaires. Les médias sociaux vous permettent d’analyser assez facilement les statistiques principales de vos actions, et pour votre site, Google Analytics et Tag Manager sont encore une fois présents.Voici quelques facteurs de succès à guetter :
  • Augmentation du trafic sur votre site
  • Augmentation du trafic sur vos pages spécialisées
  • Augmentation de l’audience sur vos réseaux
  • Nombre de téléchargement de vos ressources (livre blanc, catalogue)
  • Nombre d’accès à vos contenus (vidéo, articles …)
  • Nombre de prise de contact
  • Actions clients (like, commentaire, abonnement)
  • Nombre d’abonnement à votre Newsletter.
  • Nombre de conversions issues du social selling (pour votre site, conversion à analyser avec Tag Manager, Analytics et ses objectifs)

Pour résumer le Social Selling

Le Social Selling peut être résumé à un nouvel outil de vente à ajouter à votre panoplie. Générer du contenu de qualité et régulier se révèle un indispensable, néanmoins assez lourd en investissement.Pour mener à bien ses actions, il est conseillé de fédérer une équipe autour de ce projet, surtout à ses débuts. Mettre les commerciaux à contribution présente un très gros intérêt, puisqu’ils seront amenés à utiliser directement cet outil. Face aux éventuelles réticences, commencez par regrouper les individus motivés, avant d’étendre la liste des personnes concernées au fur et à mesure de l’avancée du projet.La deuxième étape est donc ensuite de générer du contenu pertinent et répondant aux questions de vos prospects. Quand la possibilité se fait sentir, tenter de convertir ces prospects en clients devient l'étape suivant.Une stratégie du Social Selling n’est pas non plus figée dans le temps. L’intérêt, mais aussi une contrainte du numérique est son évolution constante : une stratégie valable l’année dernière ne l’est plus forcément aujourd’hui. En contrepartie, vous avez à disposition des outils qui vous permettent de collecter et analyser des résultats de campagnes en quelques clics. Concevoir une stratégie adaptable c’est vous permettre de continuer à générer des actions valables et rentables pour votre entreprise, alors n‘hésitez pas à intervenir et faire évoluer votre stratégie dans le bon sens.

Read more

Les 10 meilleures techniques pour détruire votre référencement web

Dans  les sombres recoins du référencement de sites internet, il existe des techniques mystérieuses et peu recommandables. Lorsque les premiers référenceurs en ont eu besoin, elles ont répondu à l’appel et ont montré leur efficacité, mais aujourd’hui abandonnées et dénoncées par Google, l’application de ces techniques sur votre site ne fera qu'en nuire le référencement.Ces techniques font appel à votre filouterie pour fonder votre référencement en dehors des règles dictées par Google. On appelle Black Hat ces actions qui consistent à recourir à de l’automatisation, à de la dissimulation, du spamming, de la redirection, du vol et de la triche.Pour vous aujourd’hui, nous proposons un classement des 10 des meilleures techniques du Black Hat pour détruire votre positionnement internet et perdre toute visibilité. Attention, cet article est à but instructif et il serait très mal avisé de suivre la moindre de nos recommandations sur le sujet. Les algorithmes de Google se précisant chaque jour un peu plus, ces techniques n’ont aujourd’hui que très peu voir plus du tout d’utilité, en plus d’être sévèrement punies par Google (on parle de désindexation totale de votre site web). 

Le Cloaking

Le cloacking consiste à faire une sélection à l’entrée de votre site web. Lorsqu’un internaute se rend sur votre site, il y laisse une trace, son adresse IP et des logs de connexion, mais c’est aussi le cas des robots de crawl Google, ceux qui vont inspecter votre site et lui donner une valeur pour son positionnement. Il est possible de préparer alors deux contenus différents pour votre site. Un premier classique, lisible et agréable pour vos utilisateurs, un deuxième suroptimisé, parfait pour le référencement, mais illisible, sur lequel seront redirigés les robots Google. Chacun devrait alors y trouver son compte. 

Le contenu automatique

Les progrès de la technologie permettent aujourd’hui des IA développées et en constante amélioration. Dans notre cas de contenu automatique, vous pouvez cependant oublier les robots surdéveloppés à deux pas du T-800. On a plutôt affaire d’un côté à des algorithmes vous rédigeant des articles structurés en paragraphes, bourrés de mots clés pertinents, mais sans aucun sens, et de l’autre les crawler Google, qui jusqu’y a peu (et encore aujourd’hui d’une certaine façon) félicitent ces contenus bidons avec des positionnements améliorés. 

Le texte caché

Une petite technique gentillette par rapport aux autres, et plutôt simple à mettre en œuvre. Elle vous propose de jouer au magicien amateur et faire disparaitre toute une gamme de paragraphes, en jouant sur la couleur de la police, sa taille ou en les cachant derrière des images. Google donne une importance toute particulière au contenu de vos pages. Des mots clés optimisés, des titres exhaustifs … mais il est préférable pour vos lecteurs d’avoir des titres et paragraphes courts et percutants. Alors pour combler les crawler et vos lecteurs, vous pouvez cacher une partie de ce contenu. Sur un fond blanc, une première partie de texte en noir, suffisante à la lecture, puis toute une suite de contenu optimisé blancs sur fond blanc, visibles uniquement par les robots Google. 

Contenu dupliqué

Le contenu dupliqué ou volé chez vos voisins à un double intérêt pour un adepte du Black Hat. Numéro 1, il vous permet de « générer » du contenu facile et rapide : un simple copié-collé suffit. Numéro 2, il vous permet de nuire au référencement du site sur lequel vous êtes allez chercher votre nouveau contenu. Si le premier avantage tend à disparaitre, Google, même s’il l’affirme, n’a jamais prouvé être capable de déterminer d’où vient le contenu d’origine si aucune balise canonical n’est utilisée (ce qui ne serait alors plus du vol). 

Acheter des backlinks

Une bonne stratégie de Backlinks passe par du contenu de qualité mentionné sur d’autres sites, des partenariats réfléchis, un réseau solide. Ou sinon vous pouvez payer des sites pour des liens massifs sur des pages peu optimisées recensant de nombreux autres fraudeurs. Un page ranking proche du négatif rend cette technique pratiquement obsolète, mais nous vous rappelons que cet article est un top de conseils destinés à nuire à votre référencement, alors continuons notre série. 

Les redirections trompeuses

Une redirection 301 peut être programmée entre deux URL. Elles sont très utiles en cas de modification d’adresse web de vos pages, par exemple suite à une refonte. Une redirection trompeuse consiste à racheter de vieux noms de domaine profitant de backlinks à droite à gauche. Vous redirigez alors ces noms de domaine vers votre vrai site, celui-ci bénéficiant maintenant de tous les liens des anciens noms de domaine. Votre positionnement prend alors un coup de fouet … avant de totalement disparaitre quand Google réalise la supercherie. 

Le spamming de commentaire

Il existe des logiciels vous permettant d’inspecter internet en continu. Dès que ces logiciels repèrent un nouvel article, ils laissent un commentaire automatique avec un lien vers votre site. Des milliers de sites peuvent être analysés à l’heure, et autant de commentaires laissés si aucune mesure n’est prise. Ces liens ont pour objectif de profiter de la notoriété des sites victimes pour gonfler la vôtre. Aujourd’hui des plug-ins permettent de bloquer ce spamming des commentaires, et vous comprenez l’intérêt des captchas « je ne suis pas un robot ». 

L’abus de mots clés

Les mots clés c’est bien, trop de mots clés, ça l’est moins. Google considère qu’un abus de mots clés destinés à la manipulation des algorithmes de classement est contraire à son règlement. Difficile de savoir où se place la limite entre un contenu un peu chargé et une accumulation destinée à une manipulation. 

L’intégration de liens aux Widgets et Plugins

Cette astuce concerne un peu plus les individus avec des compétences de développement. Les Plugins ou Widget sont des outils que vous pouvez intégrer à votre site, par exemple WordPress en compte plus de 150 000 de disponibles gratuitement, et encore plus en comptant les outils payants. Ce que Google n’aime pas, c’est que vous intégriez des liens abusifs dans le code de ces plug-ins vers vos sites. Puisque les plug-ins déposent forcément un bout de code crawlé par Google sur le site utilisateur, et que certains sont parfois téléchargés des centaines de milliers de fois, on imagine l’effet que cela pourrait avoir sur un site sachant en profiter. 

Le hacking

Le Black Hat, avant d’être appliqué au référencement, regroupe les pratiques de hacking pur et dur. Alors si vous souhaitez pirater un site bien référencé et très sérieux, pour ensuite y intégrer vos liens, détruire son référencement ou autre idée que vous avez en tête, libre à vous. Mais nous rappelons que ceci reste totalement illégal, à vos risques et périls.Pour conclure, vous avez maintenant toutes les techniques nécessaires pour détruire le référencement de votre site internet. Le référencement nécessite du temps et comprend des milliers de critères différents. Un bon positionnement est le résultat d’un travail sur de nombreux mois, et de lourds investissements, en temps ou en moyens, on comprend pourquoi Google pénalise durement les sites tentant de trouver des raccourcis.Contactez-nous pour toute question sur le référencement naturel ou nos offres en général !

Read more

L’emailing à l’heure de la RGPD, comment gérer vos données ?

Il y a quelques semaines nous abordions le sujet du RGPD et de ses changements, aujourd’hui nous allons nous intéresser aux modifications apportées par le RGPD pour vos campagnes d’e-mailing.

Le double opt-in, l’accord de la personne pour l’utilisation de ses données personnelles

Le RGPD a pour mission de faire appliquer une règle principale : le particulier est seul propriétaire de ses données. Toutes données personnelles doit être soumise à un traitement particulier, et par données personnelles, on entend toutes données susceptibles, d’une façon ou d’une autre, d’identifier un individu : adresse IP, nom, prénom, localisation, adresse e-mail et bien d’autres sont la propriété exclusive de leur détenteur.Jusqu’à aujourd’hui, vous pouviez utiliser librement les adresses que vous achetiez sur internet pour l’envoi de vos campagnes d’emailing. Mais à partir du 25 mai, jour de la mise en place de la réglementation, toute entreprise européenne et étrangère traitant avec des citoyens européens devra respecter le principe de double opt-in.Ce principe consiste à demander deux fois l’accord de la personne avant d’être légalement autorisé à l’intégrer dans vos campagnes de marketing direct. En pratique cette démarche se déroule sous cette forme : un texte stipulant que l’internaute est en accord avec la collecte des données qu’il vient de renseigner et leur utilisation, en corrélation avec le règlement de l’entreprise (facilement accessible). Ce texte doit être à disposition de l’internaute avec toutes les informations susceptibles de l’intéresser dans la protection de ses données, mais vous devez aussi valider cette démarche avec une case à cocher.

Attention au soft-in

Nous pouvons être assez facilement tentés de déjouer cette règle de l’opt-in ou de l’adapter à nos besoins. Rendre le texte un peu flou dans sa forme, pré-cocher la case, cacher ces précisions en bas de la page… Nous ne saurions que vous déconseiller ces pratiques, qui ne seraient alors pas considérées comme une acceptation juste de vos conditions par l’internaute, et par définition vous mettraient en opposition à cette réglementation européenne lors de vos campagnes marketing.

Tracer les données et les accords

Il est important de garder une trace de vos données récoltées et de l’accord des internautes. À tout moment celui-ci peut vous demander l’accès aux données que vous possédez sur son compte, et comment sont-elles utilisées et traitées. Dans le cadre de l’emailing, certains outils de traitement de campagnes ont déjà mis en place de telles pratiques, vous facilitant le travail. Pour prouver que vous avez respecté tous les prérequis d’accord, la meilleure solution reste le mail de confirmation. Celui-ci doit contenir tous les détails sur l’accord de la personne, quelles données elle a renseigné, comment vous allez les utiliser et à quel moment cet accord a eu lieu, au minimum.

Les opportunités de la RGPD pour le marketing direct

Jusqu’ici, la RGPD peut sembler contraignantes à vos actions marketing. Si elle corse votre obtention de données, elle présente cependant certains avantages. En dehors de tous les aspects positifs de protection des données qui vous protègent également en tant que personne physique, cette réglementation peut améliorer la qualité de vos cibles. Ces démarches permettront de mieux qualifier votre base de données prospects. En effet, s’ils sont suffisamment intéressés par vos services pour vous céder leurs informations, vous pouvez-être sûr qu’ils suivront avec intérêt vos prochaines newsletter et campagnes de promotion.Cela ouvre aussi de nouvelles opportunités pour d’autres pratiques. L’inbound marketing ne s’embarrasse pas de tels besoins puisque c’est l’internaute qui fait l’effort de venir voir votre contenu. Pour rappel, l’Inbound marketing est la création de contenu gratuit et de bonne qualité susceptible de créer du trafic sur votre site et une interaction avec vos clients, en plus d’être bon pour votre référencement.

Read more

Réussir à se référencer localement avec Google My Business

Pour augmenter le confort de recherche de ses utilisateurs tout en boostant la visibilité des entreprises locales sur internet, Google a mis en place en 2014 sa solution Google My Business. Aujourd’hui My Business est un outil simple d’utilisation avec un grand potentiel pour tous ceux souhaitant développer leur référencement local.

Google My Business, la clé du référencement local !

Nous avions déjà abordé la question de l’optimisation du référencement local sur internet, mais aujourd’hui nous nous intéresserons au cas particulier de la solution Google My Business. Ouverte à tous mais très utile aux TPE et PME, beaucoup sous-estiment encore son utilité et son impact. Cet encart en haut à droite des résultats de recherches permet de recenser en un outil toutes les informations utiles sur votre activité afin d’assurer d’être visible localement lorsqu’un internaute cherche une solution à ses besoins. La seule nécessité est l’existence d’une adresse physique prête à accueillir vos futurs clients. Faire sa place sur internet pour une petite entreprise peut parfois s’avérer ardu, mais nous pouvons faciliter cette incursion dans les pages Google grâce à quelques renseignements. L’idée derrière Google My Business est simple mais primordiale. Si un internaute situé à Angers souhaite se délecter d’une pizza, il ne faut pas lui proposer un restaurant sur Lyon. Alors pour répondre à ce challenge d’indexation, Google a mis en place cet annuaire d’adresses et l’algorithme capable de trouver celle répondant à sa recherche. Si vous êtes la pizzeria Angevine répondant à la requête de cet individu, et que votre compte Google My Business est correctement renseigné, vous serez automatiquement proposé comme solution à ses envies.

Communiquer, être attractif et visible localement

Nous l’avons déjà dit, mais Google My Business est un moyen de communiquer sur votre activité de manière locale et très efficace. Cette partie droite de l’écran qui sera consacrée à votre entreprise vous permet de mettre en avant vos services ou vos produits. Quelques photos attractives, vos horaires et renseignements de contacts doivent permettre à l’internaute de comprendre ce que vous lui proposez de manière automatique tout en lui donnant envie de se diriger vers votre entreprise. Dès que vous recherchez une entreprise locale, si elle est présente sur Google My Business, elle ressortira en premier sur les résultats de recherche Google. Pas besoin de se rendre sur un site ou d’ouvrir une page, dès que vous validez votre recherche, vous trouvez directement les résultats Google My Business.Référencement mobile local google my business

Un outil indispensable sur téléphone

Là où l’outil Google My Business est le plus mis en avant, c’est sur téléphone portable. Chaque jour qui passe, les smartphones prennent de plus en plus d’ampleur sur les ordinateurs, et deviennent prioritaires dans le développement de certaines fonctions. Quand sur ordinateur la fonction My Business prend une partie de l’écran, sur mobile, c’est tout l’écran qui y est consacré. De plus les mobinautes ont la possibilité de vous téléphoner directement d’une simple pression du doigt, ou encore de vous trouver facilement avec Google Maps et leur GPS.

Des conseils et avantages sur Google My Business

Parmi toutes les possibilités qu’offre cette solution Google, certaines sont importantes, et d’autres doivent être correctement abordées. Nous vous proposons un rapide listing des éléments à développer en priorité.

Les bons renseignements

Téléphone, horaires et adresse ne sont pas à négliger. Il faut donner tous les éléments que l’internaute est susceptible de chercher. Ne pas négliger de remplir précisément vos horaires d’ouverture, Google vous donne la possibilité de faire la distinction entre chaque jour, ce qui permet d’indiquer à l’internaute si l’établissement va bientôt ouvrir ou fermer. Il peut vous être nuisible si un potentiel client fait le déplacement jusqu’à vous pour réaliser que vous n’êtes pas ouvert le lundi : facilement évitable avec un bon renseignement préalable.

Les avis clients et interactions

Tout internaute a la possibilité de laisser un avis et un commentaire sur votre page My Business. Bien les gérer est une nécessité absolue pour maitriser votre image. Les commentaires négatifs ne sont jamais agréables à entendre, ou à lire, mais y répondre intelligemment et le meilleur moyen d’y faire face. Assurer la fidélisation de vos clients et les mécontentements peut se faire par cet outil quelle que soit votre activité. Les utilisateurs ont aussi la possibilité de vous laisser une question publique, et il est toujours bon de prendre quelques minutes pour y répondre. Un autre avantage des avis clients est l’impact positif sur le référencement de votre activité. Plus les clients laissent d’avis positifs, meilleure en sera votre visibilité. Votre mission est donc de faire en sorte qu’ils en laissent un maximum, positifs de préférence.

Des statistiques et des chiffres

Comme beaucoup des outils Google, vous avez la possibilité d’analyser les performances relatives à votre enseigne. Le profil des internautes intéressés, ceux qui visitent votre site ou observent vos horaires, ou encore ceux qui réfléchissent à faire le déplacement via Google Maps. Toujours dans l’objectif de rendre votre compte plus précis et vos informations plus susceptibles d’intéresser les bons utilisateurs.Nous ne serions que vous recommander de vous intéresser à ce sujet si ce n’est pas déjà fait, ne serait-ce que pour faire face à la concurrence qui a déjà investi les lieux. La solution Google My Business est connue de beaucoup, et aujourd’hui il ne suffit plus d’être simplement présent sur ce répertoire pour en tirer tous les bénéfices. Une bonne gestion de vos renseignements est importante, et le suivi régulier des avis ne sera que bénéfique si vous y consacrez le temps nécessaire (quelques minutes par jours suffisent amplement pour les plus sollicités).Google propose une large panoplie d’informations sur son outil Google My Business sur le site officiel.Si vous souhaitez en apprendre plus sur les nombreux aspects du référencement, nous vous invitons à visiter nos pages dédiées au SEO référencement naturel et SEA référencement payant via Google Adwords.

Read more

L’expérience utilisateur au service de l’identité de marque

Il y a quelques mois, nous parlions de l’importance du design d’expérience utilisateur (aussi appelé UX design) dans la réalisation d’une interface connectée (site PC, mobile, application objet connecté, etc), nous rappelant que le design graphique respectant les règles basiques d’ergonomie est un atout stratégique efficace pour mener un prospect vers le chemin de la fidélité.Il s'agit de la partie émergée de l’iceberg...enfilons notre combinaison et allons voir ce qui se passe de l’autre côté !En effet l’UX n’est pas qu’une histoire de design, c’est toute la sphère interactive qui englobe l’utilisateur et la marque ou le produit. L’UX est conçu de sorte à ce que les interactions soient naturelles, intuitives et dénuées de toutes frustrations pour le consommateur. Bien qu’invisible, la discipline est paradoxalement étroitement liée à l’identité de marque qu’elle se charge de définir. Tout n’est pas qu’une histoire d’esthétique et d’image forte.

Le rôle de l’UX

Les prémices de cette discipline apparaissent dès la révolution industrielle avec Ford puis Taylor qui commencent à construire une nouvelle vision de l’interaction entre les outils et les ouvriers pour gagner en performance. En 1955, Henry Dreyfuss, un designer industriel américain, écrit dans son livre « Designing for people » le rôle de ce qu’on appelle aujourd’hui un UX designer : « Quand le point de contact entre le produit et l’humain devient un point de friction, alors le designer {…} a échoué ».L’UX design, c’est l’anticipation des besoins des utilisateurs et la mise en place de mesures pour pouvoir y répondre. Si au moment de l’utilisation du site ou d’un produit de la marque, le consommateur ressent du confort, de la sécurité ou tout simplement de la joie, alors le designer a réussi. Le premier UX designer officiel fait son apparition en 1995 chez … Apple ! Don Norman se fait appeler « Architecte d’expérience utilisateur » et il est le premier d’une longue lignée de designer.

L’UX définit la marque, et pas le contraire

Vous pourrez avoir les plus belles couleurs, formes et lignes du monde pour définir votre marque et votre site internet, si un client passe un mauvais moment lorsqu’il est en interaction avec, ce n’est que cette mauvaise expérience qu’il retiendra. Votre marque est alors directement catégorisée comme négligente et l’image forte que vous aviez essayé de construire avec un logo parlant et des couleurs éclatantes, sera alors immédiatement écornée. Faites une erreur sur sa commande, coupez lui la wifi juste 1 minute, changez ce qui lui est familier, vous baisserez immédiatement dans son estime. Il pourra même aller jusqu’à vous menacer de quitter vos services (voire le faire). C’est ce que Facebook subit de la part de ses utilisateurs à chaque fois que l’enseigne impose une mise à jour déplaisante sur le feed. Le choix des consommateurs est tellement vaste qu’ils n’ont aucun problème à quitter une marque pour en retrouver une autre, et l’expérience utilisateur est votre chance la plus sûre de faire la différence.Nous pouvons comparer cela aux relations entre être humain... Quand vous découvrez une personne magnifique, vous la regardez, vous observez ses vêtements qui lui saillent parfaitement au corps, vous décidez donc de vous approcher. Si au moment de lui parler vous découvrez que cette personne a une voix extrêmement désagréable, qu'elle parle de sujets qui ne vous intéresse pas, vous garderez à l'esprit une rencontre désagréable ! L’apparence est attirante mais tout ce qui se cache derrière l’esthétique est décisif dans la relation entre 2 personnes ou en l’occurrence entre une marque et une personne.Le but n’est pas de prolonger le temps d’interaction entre le client et la marque mais au contraire de raccourcir ce moment le plus possible pour rendre service et satisfaire l’utilisateur rapidement, ce qui évitera les points de friction et donc la frustration de ce dernier.L’expérience influence de manière drastique la façon dont les gens vous perçoivent. Soyez pragmatique dans le design de vos produits, construisez un parcours utilisateur réfléchi et surtout ayez constamment une approche centrée sur l’utilisateur dans chacune de vos décisions, ils sauront vous le rendre.

L’UX sur le marché

C’est grâce à une approche centrée sur l’utilisateur que les entreprises prennent la tête de leur secteur. Netflix a par exemple créé une rupture énorme sur le marché de la VOD et SVoD (vidéo à la demande) en créant son service d’abonnement, mettant également à mal le secteur de la télévision. Ce que voulaient les utilisateurs c’était avoir accès aux séries en HD et pouvoir regarder tout une saison sans devoir attendre la semaine suivante. Carton plein. Ils sont n°1.Google est partit d’une case sur une page blanche et a révolutionné plusieurs systèmes, remettant en cause les annuaires, les journaux, les services postaux, et bien d’autres marchés qui ont dû se réinventer.Apple est le pionnier du design d’expérience utilisateur dans notre monde moderne. L’entreprise a créé le premier poste d’UX designer et suite à cela des produits comme l’iPod et l’iPhone sont venus au monde et ont connu une succès planétaire sans précédent. Aujourd’hui, c’est la 6ème entreprise la plus puissante au monde derrière des sociétés de pétrole et bien sûr la 1ère entreprise de télécommunications. Et au-delà de l’utilisation des produits de la marque Apple, les consommateurs peuvent aller jusqu’à une fidélité inébranlable. Il suffit de voir les foules qui se déplacent pour la sortie d’un nouveau produit, peu importe le prix.Ces entreprises sont parties d’en bas comme toutes les autres, et si elles avaient négligé l’expérience utilisateur, elles n’auraient pas connu un tel succès. Leur manière de fonctionner a défini leur identité de marque.

Read more

Zoom sur la blockchain

Vous avez déjà probablement entendu parler du terme « blockchain », qui signifie « chaine de blocs » en anglais. Une expression abstraite désignant un concept que certains voient comme révolutionnaire et prêt à changer profondément le monde du digital et même notre système.Pour comprendre le fonctionnement et l’utilité de ce phénomène, nous allons décortiquer le concept en plusieurs points.

Blockchain, qu’est-ce que c’est ?

 
Commençons tout simplement par une définition de Blockchain France : « La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. »
 C’est donc une technologie de stockage pouvant servir aux particuliers comme aux entreprises de divers domaines. Certaines d’entre elles l’ont même déjà adopté, comme Porsche qui a récemment annoncé la mise en place de sa propre blockchain.On entend parler pour la première fois de blockchain en 2008, année de création du bitcoin. Son créateur, Satoshi Nakamoto, met en place pour la première fois l’échange de valeur numérique de pair à pair, sans passer par un tiers (banque), grâce à la blockchain. C’est le premier registre de transactions effectuées en bitcoin, une monnaie sans banque et sans État.Une blockchain est par extension une base de données dans laquelle des informations sont stockées retraçant tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Ces échanges se font sans passer par aucun intermédiaire. Chaque information est traitée, validée par des mineurs (des ordinateurs mettant leur puissance de calcul au service de la blockchain) puis stockée dans un bloc en attendant la suivante.blockchainLa seconde particularité des blockchains, et probablement ce qui en fait le plus grand intérêt repose sur la détention de l’information. En effet, elle est stockée par plusieurs ordinateurs, elle appartient donc à tout le monde et chacun peut y avoir accès à n’importe quel moment. Aucun organe de contrôle ne gère les données et grâce à cette décentralisation, le système est extrêmement difficile voire impossible à pénétrer. Ces caractéristiques rendent le système quasi immuable et inviolable. L’abolition des frontières entre les individus permettent d’instaurer un climat de confiance grâce à la sécurité du système. De plus une transaction s’effectue en quelques minutes contre quelques jours pour les virements bancaires par exemple. Afin de mieux vous imprégner du concept de blockchain, vous pouvez visionner cette courte vidéo de présentation.  

Blockchain, comment ça marche ?

 Lorsqu’un utilisateur A effectue une transaction vers l’utilisateur B, l’information va être traitée par des nœuds et des ordinateurs qui mettent à profit leur puissance de calcul, les mineurs (ou nœuds de réseau). Une fois l’information validée par le réseau entier, elle est horodatée et rangée dans un bloc puis ajoutée à la chaîne de blocs à laquelle tous les utilisateurs ont accès. Ainsi, chaque nœud et ordinateur détient la même information.  S’il peut être facile pour des hackeurs de pirater un système de sécurité unique, il est en revanche extrêmement difficile de pirater plusieurs ordinateurs en même temps, c’est pourquoi la blockchain est aussi sécurisée.Bien sûr, même si la transparence fait partie des points importants de la blockchain, elle ne permet pas de voir apparaître des noms, seul des numéros de compte seront visibles, les échanges sont donc anonymes de prime abord. De plus, il existe des blockchains privées et d’autres publiques.  

Un concept qui a de l’avenir

 Bien que créée pour faire fonctionner la cryptomonnaie, la blockchain est un système applicable à de nombreux autres domaines : tourisme, agriculture, industrie musicale, publicité digitale, etc. Son potentiel est de plus en plus exploité et son utilisation est classée en 3 grands domaines :  
  • Les transferts d’actifs
Non seulement la possibilité pour deux pairs de s’envoyer de la valeur sans passer par un tiers de confiance (banque) est désormais envisageable, et en quelques minutes, mais les entreprises se voient également offrir la possibilité d’entretenir des liens directes avec leurs partenaires ou leurs clients. Il y a d’ailleurs une réflexion qui s’est construite dans le domaine de la musique pour répondre aux problèmes des droits d’auteurs. Grâce à la blockchain, chaque artiste pourrait être rémunéré presque instantanément lorsque quelqu’un consomme ses chansons. La suppression des intermédiaires permettrait meilleure traçabilité des œuvres et de la transparence dans la gestion et la répartition des droits et des paiements.Le domaine du tourisme est également intéressé par le sujet. Hawaï a mis en place en 2017 un groupe de travail afin « d’explorer l’usage de la blockchain pour faciliter la consommation de produits et services locaux et dynamiser l’économie touristique ». 
  • Le registre
L’utilisation de la blockchain comme registre permet de digitaliser des actions longues et ennuyantes en construisant une base de données immuable qu’on peut appeler à tout moment pour rechercher des informations nominatives, chronologiques ou autres.Le registre blockchain permet également de tracer un produit dès l’instant où on lui octroie un numéro de série. Certaines entreprises utilisent d’ores et déjà la blockchain dans leur chaine de production ce qui leur permet de détecter immédiatement un produit défectueux et de repérer l’origine du problème sans erreur. Parmi elles on retrouve Walmart, la plus grosse entreprise du monde, faisant usage d’une blockchain pour sa chaine de viande de porc en Chine.Ce mode de fonctionnement présente également de sérieux avantages pour le domaine de la santé. En effet, la possibilité de stocker un nombre de données important dans un seul endroit et d’avoir accès facilement à l’information souhaitée, permettrait de traiter et analyser en big data ce qui peut grandement servir aux instituts de recherches, aux laboratoires pharmaceutiques et aux pouvoirs publics. Une blockchain respectant bien entendu l’anonymat des patients par le biais de clé publique et privée (sorte de pseudonyme) et restreignant l’accès aux participants du système de santé. 
  • Smart contract
Les smart contrats sont probablement l’un des formats d’usage les plus prometteurs de la blockchain. Blockchain France les définit : « Concrètement, il s’agit de programmes autonomes qui, une fois démarrés, exécutent automatiquement des conditions définies au préalable et inscrites dans la blockchain ».Autrement dit, la blockchain fonctionne de façon autonome au conditionnel, « si telle situation arrive, alors cette conséquence s’enclenche. » Cet usage de la blockchain est particulièrement étudiée dans le domaine des assurances. Une étude a par exemple démontré que lorsque qu’un avion avait plus de 2h de retard, les passagers se trouvaient en droit de se faire indemniser mais 60% d’entre eux n’amorçaient pas les démarches pour éviter de se retrouver face à la pénibilité administrative. Grâce à la blockchain comme Smart Contract, on aurait seulement à informer celle-ci du retard de l’avion et le dédommagement des passagers se ferait de manière automatique.Ce système peut fonctionner avec tous les types de contrats en assurance et peut éventuellement s’étendre à d’autres domaines.Si vous souhaitez découvrir d’autres domaines d’applicabilité de la blockchain : http://blockchainpartner.fr/ressources/ notamment dans la publicité digitale où les blockchains permettraient une désintermédiation ds échanges et la traçabilité des actions et du contenu.  

Un système encore jeune et limité

 Malgré cette avancée technologique prometteuse, on peut lui trouver encore quelques limites. En effet le système de transactions ne fonctionne qu’avec des cryptomonnaies, et l’Euro ou encore le Dollar ne sont pas des monnaies digitales.Certains y voit aussi la destruction de nombreux emplois par la suppression des intermédiaires mais le développement de ce système en recréé ailleurs. C’est probablement la plus vieille problématique de la digitalisation de façon générale.La blockchain a encore besoin d’évoluer mais elle commence déjà à faire ses preuves et en convaincre plus d’un.  La technologie des blockchains a beaucoup de potentiel et ouvre de nombreuses portes dans plusieurs domaines différents. Sa sécurité et son efficacité sont des atouts qui séduisent les entreprises et elles pourraient à terme digitaliser certaines tâches dans leur chaîne de production, l’utiliser pour renforcer la sécurité et la performance de leurs produits ou encore instaurer des bases de données conséquentes et traiter la big data plus facilement.Ce système présente encore quelques limites mais tend à se développer et gagner du terrain dans une diversité de domaines importante. Avec la digitalisation des processus de production, de recherches et autres, il est possible que d’ici quelques années ce fonctionnement soit devenu une évidence dans certains domaines.

Read more

Le RGPD – Règlement général sur la protection de la data

Qu’est-ce que le RGPD ?

 Le RGPD est le Règlement Général sur la Protection des Données (data) qui a pour objectif de venir modifier les mécanismes de conservation et de gestion des données pour les organisations.Elle entrera en vigueur dès le 25 mai 2018.Cependant, tout le monde ne sera pas concerné par cette nouvelle réglementation. En effet, celle-ci concernera, dans un premier temps, tous les pays de l’Union Européenne. Les sociétés établies à l’étranger qui ciblent des résidents de l’UE par profilage, ou qui proposent des biens et services à ces derniers, seront également concernées.Mais en quoi consiste-t-elle réellement ? Quelles en sont les principales obligations ? 

Les principales obligations du RGPD

 À la suite de la mise en vigueur du RGPD, les entreprises vont se retrouver face à quelques obligations. La première étant de tenir un registre de traitements, qui va remplacer la déclaration à la CNIL. La tenue de ce registre permettra de devenir responsable et garant du respect de la vie privée. Il y figurera les mêmes informations que dans une déclaration.Qu’est-ce que cela signifie réellement ? Les entreprises devront désormais démontrer par elles-mêmes qu’elles sont bien en conformité.Ensuite, la notion du respect de la vie privée devra être prise en compte dès la conception du produit ou du service. Tous les systèmes d’information devront être sécurisé à un niveau plus élevé afin de protéger les informations de l’utilisateur.Pour finir, le règlement stipule que chaque organisation devra nommer un délégué à la protection des données pour assurer la bonne mise en place et le suivi du RGPD.Les autorités de contrôle laisseront 2 ans aux entreprises pour s’y conformer. 

Quels seront les principaux changements au niveau humain et digital ?

 
Les changements humains
Côté humain, le RGPD va venir renforcer la protection des consommateurs et de leurs données. Ils resteront les uniques propriétaires et pourront exercer tous les droits dessus.Il stipule également pour le consommateur les points suivants :
  • Consentement : tout traitement de ses données doit faire l’objet d’une autorisation explicit,
  • Respect de la vie privée : tout traitement susceptible d’entrainer des risques élevés sur la vie privée devra faire l’objet d’une étude d’impact,
  • Transparence : l’individu a le droit de savoir à quoi vont servir ses données,
  • Profilage ou le droit de ne pas faire l'objet d'une décision fondée exclusivement sur un traitement automatisé,
  • Possibilité de désabonnement à tout moment,
  • Droit à l’oubli : le consommateur peut réclamer la suppression de ses données sur simple demande
  • Les contacts inactifs depuis plus de 3 ans devront être retirés des traitements,
  • Droit à la portabilité : les données d’un individu doivent être exportables directement par lui-même.
 Le caractère personnel des données va également être complétement redéfini afin d’assurer une meilleure sécurité. S’ajoutera à l’adresse mail, le numéro de téléphone, l’intitulé de poste et l’adresse postale de l’entreprise :
  • Les données de localisation (Adresse IP, Données GPS)
  • Les cookies
  • L’identifiant
  • Les éléments correspondants à l’identité physique, psychique, génétique ou économique
 
Le changement au niveau digital
Comme expliqué plus, haut, la protection du respect de la vie privée devra être pris en compte dès la conception du produit ou du service.Pour cela, les individus devront effectuer une action délibérée d’inscription appelée « opt-in » qui permettra de donner l’autorisation aux entreprises de pouvoir traiter leurs données personnelles.Cela signifie que le profilage restera autorisé, uniquement à des fins marketings et à condition que la personne en soit informée. Elle sera libre de pouvoir s’y opposer.A noter également, la pseudonymisation des données qui consistera à séparer les données à caractère personnel qui sont normalement rattachées à une personne.

Read more

Voyage professionnel en Silicon Valley

Pensez différemment, Réinventez votre business,

Avez vous déjà pensé au voyage professionnel?

Au coeur de l’innovation et du numérique, les entreprises établies en Silicon Valley pensent différemment. Ils élaborent des produits et des services qui touchent tout le monde et changent la manière dont les gens communiquent entre eux, travaillent, partagent et font du business.Visites d'entreprises, rencontres d'innovateurs, magasins du futur, accélérateurs, espaces de coworking c’est une nouvelle vision de l’entreprise que vous allez découvrir.L’impact de l’innovation est souvent global et s’applique à tous les secteurs d’activités confondus. Ce voyage d’immersion a pour vocation de façonner les esprits, libérer les idées et ramener en France les meilleures pratiques et les clés du succès pour le développement et la création d’un futur différent.

De l’inspiration pour tous

Transformer la vision de l’entreprise et de l’entreprenariat en explorant des sociétés à plus ou moins grande échelle et comprendre la manière dont elles construisent leurs stratégies de développement.

Au coeur de l’innovation

Comprendre comment capitaliser sur l’innovation digitale pour développer un business tout en adoptant une toute nouvelle vision de l’entreprise et de ses collaborateurs.

Un partage d’expérience

Aller à la rencontre d’experts et de personnalités de l’innovation et de la création d’entreprise, échanger avec d’autres dirigeants français ayant un objectif commun : s’inspirer et s’enrichir pour leur développement professionnel et personnel.

Une aventure humaine

Le voyage professionnel, c'est aussi vivre une expérience de partage, d’échange et de réflexion unique dans une ville des plus attractives, vecteur d’émotions et de bonne humeur.Et si la Silicon Valley détenait les clés du succès pour le développement de nos entreprises ?N’hésitez pas à vous inscrire ici à notre petit déjeuner d'information avec Silicon-Valley.fr qui se tiendra vendredi 21 octobre à 8h30 à la CCI de Tours.Vous pouvez aussi nous contacter pour plus d'informations.

Read more

Comment ne pas manquer le référencement de votre site internet ?  

Le saint Graal pour n’importe quelle jeune entreprise ? Avoir un site performant qui “remonte bien” sur les pages résultats de recherche Google.  Pourtant, le référencement reste mal compris et mal intégré dans le management des projets web. Voici comment vous éviter d'échouer.

Le SEO ou référencement naturel

Le SEO (Search Engine Optimisation) est à chaque fois un casse-tête pour les éditeurs de sites. La première chose à dire, c’est que le SEO, ce n’est pas magique. Ce ne sont pas non plus des techniques de gourous connues uniquement de quelques spécialistes. C’est un véritable métier, devenu très complexe au fil des années et demandant une large palette de compétences et connaissances. Réussir son référencement est aujourd’hui autant une affaire de stratégie, que de produit ou de technicité.

Bien penser la navigation

La première clé du succès est tout simplement d’intégrer le référencement dans la conception produit dès la première ligne de concept puis tout au long du cycle de vie du produit. Si votre “MVP (Minimum Viable Product)” n’incorpore pas déjà des fondations SEO, c’est déjà très mal parti.

L’un des points cruciaux - et qu’il sera coûteux de faire évoluer par la suite - c’est la navigation. En effet, Google aime les structures claires, bien rangées avec une profondeur d’arborescence ni trop faible, ni trop profonde. L’une des astuces pour qu’il indexe facilement partout, c’est de vous assurer qu’il parviendra à accéder à toutes les pages en moins de 4 clics depuis la page d'accueil.

La règle des 3C

Les trois piliers du SEO sont, à parts égales : la conception, le code et le contenu. Vous avez optimisé votre code et votre contenu mais pas incorporé le SEO dans la conception de votre produit ? Dommage, il vous manque un pilier essentiel. Vous avez bien pensé votre contenant mais pas pensé à optimiser votre contenu pour être compréhensible des moteurs ? L’impact en terme d’audience restera très limité.

Pas d’autre choix que de mener de front ces 3 aspects pour réussir. Et cela commence dès le démarrage du projet.

Le choix de la cible

Les expressions que vous allez utiliser, principalement dans le menu de navigation mais aussi dans les liens que vous allez faire entre vos pages de manière transversale, feront aussi la différence.

Il y a là un aspect plus stratégique, posez-vous les questions suivantes : qui est ma cible, que va-t-elle rechercher ? En tapant quels mots ? Qui sont mes concurrents et comment se positionnent-ils ? Comment puis-je m’inspirer de leur stratégie de contenus ?

Read more

9 conseils pour optimiser le référencement de son site e-commerce

Un référencement naturel solide est essentiel à la performance d’une boutique de vente en ligne. Penser référencement naturel, en 2016, demande de toujours garder à l’esprit l’importance qu’on accorde à l’utilisateur et à l’expérience qu’on souhaite lui apporter. Voici quelques conseils pratiques pour optimiser le référencement de votre site e-commerce.

1. Identifier les mots clés tapés par les internautes

Pour réussir le référencement de votre site e-commerce et quel que soit votre secteur d’activités, vous devez réfléchir aux mots-clés les plus tapés par les internautes. Pour cela, vous pouvez vous appuyer sur le générateur de mots-clés (accessible via Adwords, Outil –> Outil de planification des mots-clés) ou utiliser les outils à votre disposition sur le marché, comme SEMRush ou Yooda Insight.

Vous découvrirez ainsi de nombreux mots-clés sur lesquels vous positionner pour drainer vers votre site une clientèle directement intéressée par votre gamme de produits.

Tout l’art d’un référencement naturel de site marchand commence donc par l’identification d’un portefeuille d’expressions à travailler en longue traîne. En multipliant votre présence sur des expressions longues, composées de plusieurs mots-clés, vous touchez des utilisateurs ultra-ciblés. Chaque expression rapporte donc peu de visiteurs, mais ils sont plus facilement convertis en clients.

2. Organiser votre site en univers sémantiques

Vous allez devoir organiser et structurer votre boutique en ligne en rayons et univers thématiques. Le référencement naturel est ici, une fois de plus, indissociablement lié à l’expérience utilisateurs. Les mots-clés les plus tapés vous aident à discerner vos catégories principales et secondaires. Vous pouvez par exemple associer des catégories par cibles, marques ou types d’articles, comme le font de nombreux sites e-commerce. Chaque cas est unique, évidemment, mais il est important de structurer son contenu en gammes intuitives, répondant aux différentes stratégies de recherche de vos clients.

3. Mettez en avant les produits phares ou de saison

Lorsque vous créez votre arborescence, vous pouvez mettre en valeur vos produits et marque phares dans votre menu. Vous pouvez aussi mettre en avant les produits de saison : par exemple, un site de prêt-à-porter peut accorder plus d’importance aux maillots de bain, aux tee-shirts et robes légères l’été, aux manteaux, doudounes et bonnets l’hiver. Pour connaître la saisonnalité d’un mot-clé, rendez-vous sur https://www.google.fr/trends/.

 4. Proposez une description de produit suffisamment longue et unique

 Quels sont les trois principaux critères de pertinence d’un site web ? Le contenu, la popularité et Rankbrain (un système d’intelligence artificielle déployé fin 2015). Vous devez aussi vous attacher à la qualité de votre contenu, et plus particulièrement celle des fiches descriptives de vos produits. Prenez le temps de personnaliser les textes descriptifs, même si les produits proposés sont très similaires.

Parfois, les descriptions sont imposées par le fabricant ou le distributeur officiel. Vous pouvez alors ajouter du contenu pour réduire la part de contenu dupliqué. Pourquoi ne pas ajouter un texte qui témoigne de votre avis personnel sur l’article, où vous décrivez vos avantages et les points forts de l’article ?

5. Appuyez-vous sur le contenu de la communauté

Pour enrichir vos fiches descriptives, appuyez-vous aussi sur vos clients. Les avis et commentaires sont les bienvenus et viennent apporter du contenu unique à moindre frais, tout en jouant un rôle de rassurance pour les futurs acheteurs.

6. Créez un contenu de marque associé à votre boutique en ligne

Vous pouvez aussi travailler des expressions complémentaires en créant un blog associé à votre boutique en ligne, qui va venir enrichir et compléter l’expérience des utilisateurs.Vous lancez un site de prêt à porter ? Créez un blog sur la mode, qui propose des idées de looks, des conseils pour bien choisir ses vêtements en fonction de sa silhouette, en renvoyant directement vers les articles associés.

Le contenu participatif peut vous aider à animer ce blog : des clients investis, contre des promotions, invitations à des ventes privées exclusives, ou tout autre élément favorisant une relation privilégiée à la marque, peuvent chroniquer bénévolement.

7. Misez sur une vitesse d’affichage élevée du contenu

Le temps de chargement d’une page est un critère de pertinence en référencement naturel. Un site trop lent dégrade l’expérience de navigation, et Google souhaite apporter les meilleurs résultats à ses utilisateurs. Par ailleurs, en un temps donné, un robot d’indexation visitera deux fois moins de pages si elles mettent une seconde à charger au lieu de 500ms. Vous devez donc vous assurer que votre site se charge le plus rapidement possible.

8. Créez un texte différent pour les places de marché...ou pas

Vous proposez aussi vos produits sur des places de marché ? Si vous en avez la possibilité, écrivez une présentation différente pour les places de marché. Toutefois, face à des poids lourds comme Amazon, Cdiscount ou PriceMinister, soyez sûr qu’en cas de contenu dupliqué Google privilégiera des géants dont les sites comptent des millions de pages, une forte popularité et un solide indice de confiance. Vous pouvez très bien proposer le même texte à toutes les places de marché, la duplication de contenu ne sera plus votre problème, mais le leur.

9. Pensez expérience utilisateur et parcours de conversion

Tous les conseils donnés s’inscrivent aussi dans une logique de performance et d’expérience utilisateurs. Un site trop lent : vos internautes désertent au profit d’un concurrent. Une étude de 2007 réalisée sur le site d’Amazon a démontré qu’un dixième de seconde de temps de chargement entraînait une baisse de CA d’1%. Des menus brouillons : vous perdrez l’utilisateur autant que le robot d’indexation de Google. Des descriptifs trop pauvres : vous risquez de perdre en taux de mise au panier

Read more

Comment mettre en place une stratégie inbound marketing ?

Également appelé « marketing d'attraction » ou « marketing entrant », l'inbound marketing serait la méthode de marketing la plus efficace pour générer des leads qualifiés sur le web.

Définition

A l'inverse de l'outbound marketing que l'on retrouve dans les stratégies marketing classiques, l'inbound marketing vise à attirer les clients vers soi plutôt que d'aller les chercher. Jugée beaucoup moins « agressive », cette méthode rassure et sécurise le choix du client, du premier contact jusqu'à l'acte d'achat.Popularisées par l'éditeur de logiciel Hubspot en 2006, les techniques du inbound marketing seraient aujourd'hui utilisées par 48% des professionnels du marketing (Source : Vocus Cision, avril 2015).

La méthodologie du inbound marketing

Pour transformer un simple internaute en client, il vous faut suivre une stratégie qui se décompose généralement en quatre étapes :1/ Attirer les internautes sur son site InternetPour réussir cette première étape il faut tout d'abord que vous ayez une idée bien précise de votre cible : Qui est-elle ? Quelles attentes et questions peut-elle avoir ? Il s'agit ensuite d'y répondre avec du contenu de qualité.Voici les outils qui inciteront votre cible à venir visiter votre site Internet :
  • La création d'un blog : pour que cet outil soit efficace il faut rédiger des articles régulièrement et évoquer des sujets qui correspondent aux centres d'intérêts de votre cible,
  • Les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, LinkedIn, Youtube, etc) pour publier votre contenu. Pensez également à faire de la curation de contenu en publiant des articles qui proviennent de sites Internet qui ont la même thématique que vous,
  • Le SEO : optimisez vos mots clés et le contenu de votre site pour que votre entreprise soit mieux référencée sur les moteurs de recherche.
2/ Convertir les visiteurs en prospectsIl convient désormais de recueillir des informations sur ces visiteurs pour pouvoir les transformer en potentiels clients. En obtenant au minimum leur adresse mail, ils pourront être recontactés par l'équipe commerciale. Il faut pour cela maintenir leur intérêt et mettre en place de nouveaux outils :
  • Le call to action : ce sont des liens, des boutons ou des visuels qui incitent le visiteur à entreprendre une action (ajout au panier, téléchargement d'un document, etc)
  • Le landing pages : pages d'atterrissage sur lesquelles les visiteurs sont redirigés après un call to action,
  • Le formulaire (nom, prénom, email, etc).
 3/ Convertir les prospects en clientsMaintenant que vous avez obtenu les contacts de vos prospects, vous devez les faire évoluer vers la décision d'achat et utiliser deux outils :
  • Marketing automation et email marketing : en fonction des différents stades du cycle d'achat des prospects, des emails automatisés leur sont envoyés,
  • CRM : en ajoutant les prospects à votre logiciel de relation client vous pourrez suivre son évolution et mesurer l'impact de vos actions marketing.
4/ Étonner les clientsUne fois vos prospects convertis en clients, vous devez les épater et maintenir une relation avec eux. Plusieurs solutions s'offrent à vous :
  • Le call to action, destiné cette fois uniquement à vos clients (contenu pédagogique, présentation d'autre produits qui pourraient correspondre à leurs attentes, etc)
  • Marketing automation pour envoyer automatiquement des emails aux contenus exclusifs ou présenter une offre ciblée,
  • Les réseaux sociaux.

Read more

Une semaine au coeur de la capitale de l’innovation : La Silicon Valley

La semaine dernière, Romain BUCHE, dirigeant du réseau INWIN ®, s'est rendu à San Francisco pour explorer les grandes success stories de la Silicon Valley. Entre balade au campus de Google et visite du fab lab Techshop : retour sur son incroyable immersion au cœur des grosses industries de pointe.

Romain BUCHE, lui-même à la tête d'une entreprise tournée vers l'innovation et le digital, ne pouvait choisir meilleure destination que la baie de San Francisco pour connaître les secrets de la réussite. Avec plus de 20,000 entreprises de hautes technologies, la Silicon Valley est le seul endroit au monde qui réunit autant d'acteurs dédiés à l'innovation.

Pour ce séjour, Romain a choisi de visiter des dizaines d'entreprises parmi lesquelles Techshop, le fameux fab lab qui met des machines et des logiciels à disposition des personnes qui souhaitent réaliser le prototype de leurs propres inventions. Le moyen pour Romain de « comprendre le fonctionnement d'un Open Studio auto-géré par sa communauté et d'approfondir le Makers Mouvement ». Il retient aussi la visite d'Adictiz qui propose aux plus grandes marques de créer eux-même leur propre jeux concours sur le web et sur mobile, ou encore Instaply qui a développé une plateforme dédiée à la relation-clients par message texte. Des outils et des business models nouveaux qui permettent de « trouver de l'inspiration et beaucoup de bonnes idées ».

On trouve de l'inspiration et beaucoup de bonnes idées 

Il s'est également intéressé à des entrepreneurs français qui ont choisi de développer leur société à San Francisco, comme Ruben DONZÉ, originaire des Alpes, qui a créé la Fromagerie SF en 2012 et remporte depuis un franc succès. Ce dernier a fait part de son expérience et de l'intérêt qu'il porte au digital pour développer son concept artisanal, il est notamment très présent sur les réseaux sociaux où il propose régulièrement des jeux, des devinettes ou encore des citations. Des publications très appréciées par les internautes, qui ont contribué à la réussite de la fromagerie.

Le séjour s'est poursuivi par un passage inévitable au campus de Google, dans la commune de Mountain View, où Romain BUCHE y a découvert « un univers absolument fascinant, qui dégage une énergie incroyable ». Et bien sûr pour finir, une escale sur la pointe nord de San Francisco pour une vue imprenable sur le fameux pont du Golden Gate Bridge.

C'est une ouverture d'esprit qu'on ne peut acquérir nulle part ailleurs

Au retour de cette semaine riche en rencontres et en visites, Romain évoque « une ouverture d'esprit qu'on ne peut acquérir nulle par ailleurs, que se soit en termes d'innovation ou d'entrepreneuriat ». Il conseille ainsi à tous les entrepreneurs français en quête d'idées et d'innovation à se rendre dans « l'écosystème le plus pertinent et passionnant du monde ».

Read more

Le marché de l’e-publicité en France

Le marché de l'e-publicité en France regroupe toutes les techniques de publicité en ligne. Elle comprend par exemple le Display, qui consiste à insérer des messages publicitaires dans des sites supports, ou le Search, utilisé pour apparaître en tête des moteurs de recherche. La publicité digitale c'est aussi l'affiliation, l'Emailing, le Remarketing, la vidéo et autant de supports dont on entend de plus en plus parler. Mais quelles sont les tendances du marché de l'e-publicité en France ? 

Le digital : deuxième média en France 

Le 29 janvier dernier, l'Observatoire de l'e-pub du SRI (Syndicat des Régies Internet) en collaboration avec le PwC, réseau d'entreprises américain spécialisé dans des missions d'audit, d'expertise comptable et de conseil, publiaient les résultats de l'étude portée sur le marché de l'e-publicité en France.Le rapport présente des résultats plutôt encourageants : les dépenses en e-publicité ont progressé de 4% en 2014, ce qui représente un chiffre d'affaires qui avoisine les 3 milliards d'euros. Ces dépenses équivalent à 25% des investissements média et dépassent pour la première fois les dépenses effectuées pour la presse (24%), ce qui place le digital juste après la TV (27%).Parmi ces investissements, deux outils se démarquent : le Search qui représente 59% du marché de l'e-publicité avec 1745 millions d'euros dépensés en France et le Display qui figure à la deuxième place avec 27% et 813 millions d'euros déboursés.On note également la forte progression du format Vidéo (+65%), du Programmatique (+66%) et des investissements Mobile (+80%). A l'inverse, l'Affiliation et l'Emailing connaissent une faible décroissance avec des taux s'affichant respectivement à -5 et -3%.

Le retard de la France

Cette étude dévoile toutefois le retard des français par rapport à d'autres pays comme le Royaume-Uni qui dédie 35% de ses investissements au digital, l'Allemagne (30%) ou même l'Italie (26%).Ce décalage s'explique selon Arthur MILLET, président du SRI, par la frilosité des annonceurs français : "Les annonceurs testent les innovations sans toutefois trop s'engager en termes de moyens".Par ailleurs, le cabinet de conseil Roland Berger, en collaboration avec l'association Cap Digital, qui regroupe les professionnels français du numérique, ont réalisé l'année dernière une étude auprès de 500 entreprises françaises de plus de 50 salariés, tous secteurs confondus. Celle-ci a révélé les principaux freins des français à la transformation digitale : sur 500 entreprises sondées, 62% d'entre elles affirment que le coût est la principale barrière, 52% déclarent vouloir "résister au changement" et enfin 40% estiment qu'ils n'ont pas assez de compétences et de formations.Pourtant, cette étude n'a pas manqué de prouver que les entreprises les plus matures dans leur mutation digitale, ont une croissance six fois plus élevée que les entreprises les plus en retard.

Read more

INWIN ® : lancement du réseau national d’agences d’experts en solutions digitales !

Le groupe INWEST, qui investit depuis dix ans dans des sociétés liées au numérique et à l’innovation, lance le réseau d’agences d’experts en digital : INWIN ®. À sa tête, Romain BUCHE, qui multiplie depuis des années les expériences en tant que responsable marketing et communication et le co- fondateur Mickaël ESNAULT, dirigeant du groupe INWEST et acteur reconnu dans le développement du digital en France et en Californie.

Toutes les solutions digitales proposées par une seule enseigne !

Le concept INWIN ® repose sur la volonté de développer la performance des entreprises par l’utilisation de solutions digitales. Grâce à une offre complète, les entreprises se voient accompagnées dans l’intégralité de leur stratégie pour répondre à des objectifs de productivité, de fidélisation clients ou encore de visibilité sur le web.Une équipe d’experts en digital se tient à la disposition de ces entreprises pour les conseiller et mettre en application nos solutions :• Création de site web : audit, site Internet vitrine ou e-commerce, développement d’applications mobiles et Responsive Web Design • Référencement : SEO, SEA, rédaction de contenu, suivi de positionnement, campagnes e-publicité (display, affiliation, remarketing, places de marché), création de vidéos • Gestion de la relation clients : plateforme emailing et bases de données, click to action, avis, community mangement et e-réputation • Productivité : veille stratégique, plateformes ERP et CRM, conseils pour la communication interne et externe des entreprises • Conseil : Learning expedition en Silicon Valley, formations aux métiers du digital.

Un concept franchisé.

Ce concept innovant est mutualisé et profite pour cela à des franchisés qui, dans le cadre du contrat, n’ont pas les contraintes d’approvisionnement, de recherche et de développement. Grâce à une formation initiale et continue, ils sont par ailleurs assurés de proposer des solutions en adéquation avec les attentes du marché et de leurs clients.
INWEST : Depuis 10 ans, INWEST créé des sociétés dans le digital et l’innovation : Hegyd (développement sur mesure), 1789.fr (notoriété et visibilité), Net Concept (création de sites Internet), Sindup (veille stratégique et e-réputation), Silicon-Valley.fr (learning expedition à San Francisco), Viaduc (noms de domaine et sites Internet). 

Read more